Mai. 2019

d l m m j v s
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
 
 
 
 
 
 
27
 
 
 
 
 
 

Histoire des collections

Des collections personnelles aux collections publiques

Le musée des Beaux-Arts de Perpignan ouvre ses portes au public en 1833 dans l’ancienne université.

Constitué tout d’abord par des collections personnelles, le musée s’enrichit peu à peu. L’Etat, sous le Second Empire puis la 3e République, dépose de nombreuses œuvres. Le musée est encore à cette date un lieu essentiellement ouvert aux artistes.

En 1908, Jules Pams et Jules Escarguel créent la première association des « Amis du Musée » de Perpignan. Ils vont obtenir de nombreux dépôts d’Etat, œuvres académiques le plus souvent achetées au Salon.

Dans l’immédiate après-guerre, en 1949, émerge la volonté de mettre en lumière la peinture moderne, de défendre une identité et une culture régionales. L’éphémère musée du Roussillon s’installe alors dans les salons de l’Hôtel Pams.

Des œuvres remarquables

Il ferme ses portes en octobre 1953, au profit du « nouveau » musée Hyacinthe Rigaud, musée entièrement repensé avec une scénographie moderne et aérée.  Cette réussite est encouragée par l’Etat qui accepte le dépôt d’une toile du peintre Hyacinthe Rigaud, l’un des chefs-d’œuvre du musée : L’autoportrait au turban. Peu à peu les collections s’étoffent d’œuvres remarquables faisant désormais la réputation du musée de Perpignan.

Dès 1973 est créé le musée pour enfants, expérience éducative novatrice apportant la structuration d’un service éducatif et la mise en place d’actions de médiation.

Mais, du fait de ses nouvelles missions et ambitions, le musée est à l’étroit dans l’ancienne université. En 1979, la Ville décide d’installer le musée Rigaud dans l’hôtel de Lazerme, rue de l’Ange, récemment acquis par la Ville.

Une politique d’expositions d’envergure positionne déjà le musée Rigaud comme l’une des structures culturelles phare du centre-ville. Citons-en quelques-unes : « Maillol » (1979), « Raoul Dufy et le Midi » (1990), « Le Roussillon à l’origine de l’art moderne » (1998), « Maillol-Perpignan, an 2000 » (2000).

En 1994, le legs de Maître Rey enrichit le fonds du musée d’une étonnante collection de 210 petits formats, vision kaléidoscopique et novatrice d’une création passée au travers du filtre du regard passionné du collectionneur.

En 1996, le Saint Pierre de Hyacinthe Rigaud est acquis grâce à une souscription publique. La donation « Pierre Daura » permet, en 2001, d’ouvrir de nouveaux espaces au second étage et de présenter une partie de la collection d’œuvres données à la Ville par Martha, sa fille.

Une politique d’expositions temporaires d’envergure est relancée en 2009 : « Rigaud intime » (2009), « la Belle Epoque des Bardou » (2011), « Paris-Perpignan-Barcelone » (2013) malgré le peu d’espaces.

L’intérêt des Perpignanais pour leurs collections est ravivé, soulignant ainsi la nécessité d’une rénovation et d’une extension de l’établissement muséal.

Aujourd’hui, le Musée d’art Hyacinthe Rigaud est installé sur la totalité de l’hôtel de Lazerme et de l’hôtel de Mailly. Il rejoint ainsi les grands musées français dédiés aux arts plastiques, en présentant ses collections exceptionnelles.

  • Histoire des collections